Le mouvement des Makers entre dans une nouvelle ère

Le mouvement des Makers entre dans une nouvelle ère

29 jan 2013

Le monde de la bidouille se structure et se développe. Avec cela apparaissent différents modèles qui sont autant de possibilités d’évolution. La seconde édition de Jardin numérique, début février à Rennes, témoignera de ces changements, à travers des conférences et… des ateliers bidouille.

Nous sommes « à la fin de l’ère des pionniers et au début de l’expansion ». Voilà comment Hugues Aubin, du LabFab de Rennes, voit l’évolution du mouvement des « Makers » en France. Ces bidouilleurs du 21ème siècle disposent en effet désormais de 27 Laboratoire de fabrication numérique (FabLabs) au niveau national, d’après la cartographie de l’association Ping. Ce chiffre fait de la France le 2nd pays en la matière à l’échelle mondiale. Au delà de cet inventaire, Cyril Marchal du Jardin Moderne estime que « le réseau se tisse », « les énergies se regroupent », à l’image de rendez-vous comme Jardin numérique, qui organise sa seconde édition du 6 au 10 février 2013.

Différents modèles, différentes cultures

Cette « véritable explosion » d’après les termes de M. Aubin amène aussi une multiplicité d’acteurs et de lieux. En dehors des FabLabs, qui sont des « réseaux d’implication sociale », le monde de la bidouille compte aussi des hackerspaces, qui composent la partie plutôt « underground », et des FabShops, qui sont un volet « startup et business ». Chacun contribue ainsi à sa manière à la diffusion du « Do it yourself » (DIY). Une profusion que l’initiateur du LabFab n’hésite pas à comparer aux premières heures de l’essor d’Internet « entre 1994 et 1999 ».

Pour arriver au même foisonnement que pour le web, tout dépendra cependant de « la proximité ou non de relais humains et techniques ». Cette tâche ne serait pas dévolue aux laboratoires de fabrication, mais plutôt aux « Espaces publiques numériques », « écoles » ou « lieux publics », afin de « transmettre des pratiques ». En cela, Cyril Marchal estime que la France est mieux armée que les États-Unis, avec « un gros réseau d’animateurs multimédia, portés par des valeurs de l’éducation populaire ». Notre pays bénéficie aussi d’un réseau des FabLabs francophones, avec le Québec, le Viet-nam et quelques pays africains, qui permet de produire des outils de transmission du savoir.

Une prise en compte du politique ?

Côté entrepreneurs, « de nouveaux pans économiques vont émerger » selon Hugues Aubin, et avec eux « de nouveaux métiers ». Il imagine ainsi des modèles « basés sur la réplication rapide » grâce à des machines comme les scanneurs et imprimantes 3D. Au delà des emplois directes, cette lame de fond pourrait modifier sensiblement l’organisation des entreprises. On peut ainsi envisager une « externalisation d’une partie de la R&D » vers les fablabs ou un « co-design des produits » à travers « des réseaux d’itération rapide ». En cela les idées ne manquent pas.

Qu’il s’agisse du volet grand public ou du monde de l’entreprise, le prochain défi sera en tout cas celui de l’appropriation des concepts des « Makers », pour aboutir à une profusion d’initiatives. Il faudra pour cela une meilleure prise en compte de ce mouvement au niveau politique, avec un soutien financier et la mise en place d’infrastructures. Fleur Pellerin, Ministre déléguée aux PME, à l’innovation et à l’économie numérique s’est prononcée de son côté pour « des FabLabs partout en France », néanmoins sans dire comment et avec quels moyens. Il reste donc encore beaucoup à faire pour que la bidouille soit présente dans la plupart des foyers, à l’instar du web aujourd’hui.

Jardin numérique

jardin_numerique_2013
C’est un événement dédié aux pratiques numériques créatives, ouvert, gratuit et participatif, qui défend le partage des savoirs. Durant 5 jours, vous pourrez vous initier aux outils de création numérique, assister à des démos, fabriquer des objets électroniques et utiliser des installations interactives étonnantes.

Du 6 au 10 février
Le site internet du festival

Billets similaires :

468 ad

One comment

  1. Avec l’impression 3D, c’est peut-être même la prochaine révolution politique qui est en route : http://yannickrumpala.wordpress.com/2013/01/19/les-nouvelles-technologies-peuvent-elles-amener-des-utopies-politiques/