Relier Opéra et numérique, une « première mondiale » à Rennes

Relier Opéra et numérique, une « première mondiale » à Rennes

5 oct 2012

Emblème architectural et espace culturel séduisant les amateurs d’art lyrique, l’Opéra de Rennes ne s’adresse pas qu’aux initiés. C’est aussi un lieu d’expérimentations autour de l’alliance du spectacle et du numérique, deux univers à première vue un peu déconnectés. Son Directeur, Alain Surrans, a exposé ce jeudi au Village Numérique de Viva-Cités comment il essaye de « relier cet art du passé aux envolées vers le futur ». Découvrir l’Opéra par des expériences en immersion dans les mondes virtuels par exemple, c’est du jamais vu.  

Opéra et nouvelles technologies, « la rencontre entre deux mondes »

C’est d’un ton passionné qu’Alain Surrans raconte comment cette idée de rapprocher l’opéra du numérique est apparue. Tout a débuté par sa rencontre avec des entreprises lors d’une matinale de Rennes Atalante. Les discussions ont laissé place aux réflexions et c’est ainsi qu’est né Opéra Bis, une « relation intime entre l’art de la scène le plus raffiné et les nouvelles technologies ». Lauréate de l’appel à projets ministériel « services numériques culturels innovants 2010 », l’initiative a été soutenue par la Ville de Rennes et par la Bibliothèque francophone du Metavers, un projet à but non lucratif de promotion culturelle dans les mondes virtuels.

La nature expérimentale d’Opéra Bis n’a pas freiné le gardien de cet espace chargé d’histoire. Alain Surrans explique d’ailleurs que l’Opéra est « un lieu d’expérimentation et d’accompagnement des technologies depuis le XVIIIe siècle », avec les progrès des machineries et de l’éclairage. Mais d’un point de vue technologique contemporain, le challenge à relever c’est la captation des images et du son puisque « la précision temporelle des contenus de l’Opéra » implique que ces deux facettes soient traitées à égalité. Pour les spectateurs en effet, « l’oreille et l’œil sont également stimulés par l’Opéra ». De là, la collaboration entre metteurs en scène, concepteurs de nouvelles technologies et médias ouvre « une dynamique de projet très intéressante ».

Un événement rennais diffusé dans « toutes les dimensions »

Le projet Opéra Bis a pris tout son envol en juin 2011 avec la représentation de « L’Enlèvement au Sérail » dans l’enceinte traditionnelle. Mais rien n’aurait vraiment changé sans les dispositifs de captation 3D et surtout la retransmission simultanée dans des mondes virtuels (Second Life, OpenSimulator). Les spectateurs ? Des avatars d’individus connectés à Internet et confortablement installés chez eux devant leur ordinateur. Une « maison d’opéra virtuelle en 3D » avait pour cet effet était créée à l’image du bâtiment rennais. Et c’est Alain Surrans, enfin son avatar, qui animait la session : « l’intérêt de la retransmission dans les mondes virtuels, c’est le partage avec les spectateurs sur tous les continents ».

À côté de cette dimension insolite, l’événement a été orienté vers les Rennais. L’Opéra a décidé de réitérer le succès d’une première expérience de retransmission publique sur grand écran de « Don Giovanni », Place de la Mairie, qui avait attiré près de 5 000 personnes en juin 2009. Deux ans plus tard donc, « L’Enlèvement au Sérail » a été joué à l’Opéra, retransmis simultanément dans les mondes virtuels, mais aussi en temps réel sur écran géant Place de l’Hôtel de Ville et à la télévision sur des chaînes régionales. Pour Alain Surrans, cela a réellement contribué à « intégrer l’événement dans la vie de la cité ». « Il s’ouvrait comme une fleur de la Place de l’Hôtel de ville de Rennes jusque dans toutes les dimensions ».

Alain Surrans annonce déjà la prochaine réunion d’opéra et de haute technologie. La retransmission publique de « La Traviata » en juin 2013 promet « une définition encore plus immersive » grâce aux avancées de la captation en 4K. Le Directeur de l’Opéra assure qu’il n’en restera pas à ces expérimentations, parce qu’« un art qui n’évolue pas est un art qui dépérit ».

Plus :
Le site de l’Opéra de Rennes

Billets similaires :