MétaLectures, une île virtuelle au service de la création littéraire

MétaLectures, une île virtuelle au service de la création littéraire

29 mar 2012

Alors que les réseaux sociaux recensent plusieurs centaines de millions d’utilisateurs, et dix ans après la mise en ligne de Second Life, les mondes virtuels (metavers) se sont-ils transformés en déserts virtuels ?
Bien au contraire, au-delà de l’utilisation du métavers comme réseau social ou espace de jeux, de nombreuses initiatives originales (culturelles, éducatives, artistiques…) voient le jour.
L’espace virtuel offre ainsi de nouvelles possibilités d’expression.

Lorenzo Soccavo, Chercheur indépendant en Prospective du Livre et de l’Edition et auteur de l’ouvrage “De la bibliothèque à la bibliosphère”, (Morey Editions) nous présente son projet MétaLecture, espace virtuel dédié aux livres, à la création littéraire et aux nouveaux usages de lecture.

Qu’est-ce que MétaLectures et que va t-elle proposer ?
MétaLectures est une île virtuelle sur le web 3D, facilement accessible depuis n’importe quel ordinateur connecté. Il s’agit d’une initiative qui a pour vocation de faire connaitre ce type d’environnement aux acteurs de l’interprofession du livre, au sens large (les enseignants et les professeurs documentalistes, des auteurs peuvent également être concernés), et d’évaluer ainsi leurs réactions et leurs attentes.
Pour l’instant MétaLectures a surtout proposé des conférences sur des thèmes et avec des intervenants apportant un éclairage original aux problématiques liées aux rapports entre la lecture et l’imaginaire. Nous avons par exemple accueilli Anne Astier, Yann Minh, Vincent Mignerot, et prochainement sans doute Karen Guillorel et Patrick Moya…
Une conférence sur le web 3D permet de rassembler au sein d’un même espace en ligne des internautes dispersés potentiellement sur toute la surface de la Terre, mais avec un sentiment de participation, une implication et des possibilités interaction bien plus grandes qu’avec une simple retransmission vidéo, par exemple.
Nous allons aussi organiser des focus groupes avec des professionnels de l’édition, et avec l’équipe de Francogrid, l’association qui héberge MétaLectures, nous sommes ouverts à toutes propositions.
Avec MétaLectures je ne viens pas avec des idées toutes faites et des solutions clés en main. C’est une sorte d’incubateur pour réfléchir tous ensemble à l’évolution du web et à l’évolution de la lecture. Les deux sont sans doute liées…

Pourquoi avoir créé cette plateforme dans les mondes virtuels ?
Justement parce que le web va passer à la 3D dans les années à venir et que ce type de plateforme, déjà de plus en plus en utilisée en entreprises pour des réunions professionnelles ou du e-learning, pourrait un jour prendre la relève des réseaux sociaux 2D, tels Facebook ou Twitter pour ne citer que les plus connus, et qui ne permettent pas la même profondeur d’échanges entre internautes.
De plus, le monde du livre et de la lecture est en train de basculer de l’imprimé au numérique. C’est sur quoi je travaille depuis plusieurs années en tant que prospectiviste.
Depuis deux ans nous voyons de plus en plus de livres application, pour l’instant surtout pour l’iPad d’Apple, avec des vidéos, des infographies animées, des contenus interactifs…
Proposer aujourd’hui en 2012 cette plateforme sur un monde virtuel open source c’est, d’une part, inviter les internautes intéressés par l’évolution du livre et de la lecture à découvrir et à expérimenter ces nouveaux territoires digitaux, d’autre part, c’est explorer de nouvelles pistes pour le livre du 21e siècle. Avec la réalité augmentée, la géolocalisation, les jeux sérieux et les jeux en réalités alternées, de nouvelles expériences narratives vont prendre forme. Les supports de lecture ont toujours influencé les contenus. Le roman est né aussi grâce au dispositif du codex, le livre de feuilles reliées que nous connaissons depuis le 1er siècle. Avec de nouvelles interfaces de lecture connectée la fiction immersive pourrait être demain un nouveau genre littéraire.
Qu’est-ce que les mondes virtuels peuvent apporter de plus et/ou de nouveau au livre et à la lecture numérique ?
Il faut entendre par “virtuel” : qui “existe en puissance”, potentiellement. Ces environnements numériques rendent possible un vrai co-browsing, c’est-à-dire la navigation conjointe et les échanges interpersonnels entre plusieurs internautes. C’est “un autre lieu” de rencontres et d’échanges, c’est au fond autre chose que le web.
Pour le livre et la lecture, au-delà des conférences et des rencontres que j’ai précédemment évoquées, nous pouvons imaginer la conception de nouveaux environnements de lecture. Un exemple ? Jenny Bihouise, qui développe par ailleurs sur Francogrid le programme Ma Mairie en 3D a conçu pour MétaLectures un premier prototype : votre avatar est devant un album illustré, il le feuillette et si vous cliquez sur une scène du livre il se retrouve téléporté dans la scène en 3D. Il n’est plus devant l’image il est dedans, peut s’y déplacer etc. Pour l’heure ce n’est qu’un prototype volontairement limité pour la démonstration mais cela peut ouvrir des perspectives, non ?

Je souhaite assister à un évènement proposé par MétaLectures, comment faire ?
C’est simple. Créer un compte gratuit sur le site de Francogrid puis télécharger un logiciel, gratuit lui aussi, pour pouvoir visionner le monde 3D, vous y déplacer via un avatar personnalisé et échanger avec les autres. Pour se connecter spécifiquement à MétaLectures la procédure est détaillée sur le blog dédié. Cela donne également et librement accès à l’ensemble des projets culturels soutenus par l’association Francogrid et permet de pouvoir découvrir des dizaines d’autres environnements 3D depuis son ordinateur.

468 ad